Gleb Sakharov

Gleb Sakharov

Je tiens à préciser que l'article a été écrit par Margaux (du blog tennis : troispairesdetennis.com) et reprend une interview réalisée ensemble à la suite de la finale.

 

"Jeudi dernier je me suis donc rendue à la finale de cette seconde édition de l’Open Aziza, à Lannion dans le nord de la Bretagne. Ayant vécu pas loin pendant trois ans, j’en ai profité pour retrouver une vieille connaissance, et par la suite de moins vieilles (quoi que…).Tout d’abord, surprise de découvrir qu’un CNGT s’était implanté dans cette commune costarmoricaine d’environ 20 000 habitants. J’avoue y être allée en ne m’attendant pas à quelque chose d’exceptionnel pour plusieurs raisons : il s’agissait d’un CNGT et pour en avoir vu quelques uns (vitre sale séparant des courts, pas de tribunes, pas de chauffage ni même de public)… il s’agissait aussi "seulement" de la deuxième édition du tournoi (mais loin d’être la dernière en tout objectivité !) et pour finir, en plus d’être un 8 mai, sa localisation me déconcertait quelque peu.

Une fois à l’intérieur, nous passons par le club-house où sont installés les bénévoles, et partons nous installer dans les tribunes. Stupeur première en voyant leur taille et qu’elles sont déjà à bien plus de moitié pleines, alors qu’il s’agit encore d’un match-démonstration entre deux jeunes de la région. Suit une impressionnante démonstration de handisport où des volontaires sont pris dans le public pour jouer le double, et enfin, à 17h, tribunes pleines, les joueurs entrent sur le court au son de la cornemuse : la finale peut commencer.

Finale opposant donc un joueur purement breton, Charles-Antoine Brézac, retraité du circuit depuis fin 2012 mais qui continue à parcourir les tournois français (classé 239 au meilleur de sa carrière), et Gleb Sakharov, de retour après une blessure l’ayant fait chuter au classement la saison dernière, il a été classé 314 en août 2012, et a repris début janvier à la 699ème place mondiale. Mais, aujourd’hui et ce grâce à de très bons résultats sur le circuit ITF (demi-finale à Bressuire, deux finales consécutives en Egypte, quart à Angers) en dépit d’une tendinite à l’épaule et j’en passe,  il tient désormais la 482ème place mondiale. Soit un petit bond au classement de 217 places en l’espace de 5 mois pour faire court.

 

Comment résumer rapidement ce long match ? Un véritable ascenseur émotionnel en totale mission d’ infiltration.

 

Un premier set vite bouclé 6/1 pour Gleb, où Brézac se lance dans des rallyes de fond de court qu’il ne parvient pas à tenir ("Sakharov a un physique monstrueux" dixit un spectateur). Pendant ce temps-là, son adversaire n’en met pas une dehors, réussit chaque volley, chaque passing, chaque point qu’il tente. Rageant pour Brézac, qui va changer de tactique dans le deuxième et jouer plus finement. Ce qui va conduire au plus long tie-break auquel j’ai eu la chance d’assister jusqu’alors, avec une bonne dizaine de balles de match en la faveur de Sakharov qui s’inclinera 19-17 sur ce deuxième set.

 

Bonne ambiance sur le court, bien que les joueurs abordent ce troisième set relativement fatigués, et que tout le public n’a d’yeux et de voix que pour Brézac. Si Charles-Antoine tient encore physiquement dans les premiers jeux Sakharov atteint son objectif : victoire 6/2 au troisième set, après pas loin de 3h de jeu et 15 balles de match sauvées par C-A.

S’ensuit l’habituelle cérémonie de remise des prix où le vainqueur tente en vain de dérober le trophée à gagner pour 3 victoires consécutives, où je pousse un peu les journalistes pour pouvoir prendre mes photos (qui sont tellement d’une bonne qualité que vous n’aurez pas le privilège de les voir ici!). On apprend également que le tournoi déménage dans une nouvelle structure, plus grande, et compte grossir pas à pas. Plutôt positif puisque le seul détail sur lequel je souhaitais revenir était justement la structure du tournoi. Bon. Rien à redire alors ? Concernant le chauffage, ayant arboré un bon 38,5 de fièvre ce jour-là je n’ai pas eu à me plaindre du froid ! Donc rien à redire. Tournoi sur lequel je reviendrai sincèrement avec grand plaisir !"

Réaction de Gleb après sa finale (une semaine après ça compte toujours comme un "après finale") :

"Match sur lequel je ne partais pas forcément gagnant car j’avais plus de défaites que de victoires face à Brézac. J’avais dû le battre une fois quand lui était à -15, et depuis on s’était joués peut-être deux trois fois et à chaque fois sa victoire avait été en deux sets et sans appel. En même temps j’avais conscience que je suis plutôt dans une pente ascendante, je joue de mieux en mieux et suis plus fort physiquement que les autres années, mais aussi moralement ;je connais plus  mes forces et faiblesses, j’ai bien réussi à le remettre en coup droit après les services, ça avait bien marché sur  les 3 matchs jusqu’alors.  Je suis directement bien rentré,  ai réussi à le prendre à la gorge dès le début, à breaker et prendre un ascendant sans relâcher la pression.  Je savais cependant que Charles-Antoine avait des qualités forcément de top 200, c’est un gars très accrocheur qui ne lâche rien et sert bien dans les moments importants. A 4/2 je passe très peu de premières balles, il me met la pression, fait moins de faute et me pousse plus à jouer, nous engage dans des échanges qui font monter la tension : en même temps la fin du match arrivait, et toutes ces pensées parasites ne sont pas évidentes à gérer. Au début du tie break je ne pensais pas en faire un aussi long ! On s’est bien accrochés tous le deux, lui a été plus décisif, a bien contré quand j’avais la possibilité de conclure et a saisi finalement l’occasion  d’achever le set : ça a fini par passer, mais ça se joue de peu, j’étais un peu plus fébrile. Dès le 3ème la concentration est plus que nécessaire, je me dis que je vais prendre point par point, je m’accroche d’entrée, lui étant encore dans son temps fort après le gain du second set. Physiquement, je pense que j’étais peut-être un peu plus frais et fort que lui puisque j’ai beaucoup travaillé sur ça, et finalement ça a fini par passer, je n’ai pas laissé l’intensité diminuer, ai continué à dicter le jeu en coup droit ainsi qu’à lui mettre la pression. Il a eu une baisse de régime, et moi malgré la fatigue et les crampes qui commençaient à monter dans les jambes, j’ai su rester le "patron sur le terrain"."

P.S. Mes résultats avant la finale :

1er tour : victoire contre Le Rest (1/6) 6/3 6/1

1/4 de finale : Victoire contre Gensse (No25) 6/4 6/2

1/2 finale : Victoire contre Rodrigues (No40) 6/0 6/2

 

 

 

Pour le dernier tournoi ITF avant la pause pour les matchs par équipes avec le SNUC, je suis allé jouer le tournoi d’Angers (un 15000$+H), le tournoi sur terre battue couverte dans ma région.

J’étais plutôt en forme pour ce tournoi, surtout après avoir fait 2 finales en Egypte sur les 2 dernières semaines.

Par contre, en arrivant en France, j’avais perdu 20 degrés,  et retrouvé de la pluie…

Pour la 3ème semaine consécutive, je terminais 9ème dans le tableau final, donc 1er pas tête de série, MAIS avec le forfait un peu tardif de Ouann (pour douleur au dos), j’ai fini par prendre sa place de No2 dans le tableau. Cela me permettait de ne pas rencontrer une tête de série ni dans le 1er, ni dans le 2ème tour.

Les résultats du tournoi :

1er tour : Victoire contre Paul Cayre (927 ATP) 6/0 6/3

2ème tour : Victoire contre Davy Sum (1055 ATP) 4/6 6/4 6/4

¼ de final : Défaite contre Andriej Kapas (570 ATP) 6/4 4/6 3/6

Maintenant, place à un peu de repos, avant les débuts des matchs par équipes avec mon club.

On évolue en N3 et on a comme ambition d’accéder en N1B a la fin du championnat !

Dimanche 6 avril, il était temps de prendre le train pour Charles De Gaulle puis l'avion pour Sharm el Sheikh ; au programme, deux semaines de Futures dotés à 10.000$ en Egypte, sur terre battue extérieure. J'étais rejoint par Constant Lestienne pour faire ce voyage et après une petite escale au Caire, nous étions arrivés à destination (avec nos valises, merci Egypt Air!). Une journée de voyage, toujours épuisant et pas évident à bien gérer...

Sur place, on n'avait pas pris l'hôtel officiel. J'avais vu sur le site booking.com un Hilton, à 800 mètres du club pour 40 Euros par personne et par nuit tout compris. Cette marque là d'hôtels, c'était une valeur sûre, du coup on avait pris la chambre pour une 2ème nuit. Par la suite, un joueur français nous a fait remarquer que pour les joueurs de tennis, le tarif de la chambre pouvait encore baisser, du coup, ni une ni deux, on a négocié un tarif encore plus avantageux de 40 dollars par nuit et par personne tout compris (soit environ 10€ de différence avec le tarif initial).

L'hôtel possédait les courts de tennis (vraiment pas terribles, assez secs, avec énormément de faux rebonds...) sur lesquels je pouvais m'échauffer  avant de faire la route pour aller jouer mon match, d'autant plus qu'avant chacun, le juge arbitre mettait un « Not Before » telle ou telle heure, ce qui me permettait d'avoir une idée fixe de l'horaire auquel je devais jouer. Une des particularités du système, c'est que si tu ne restes pas dans l'hôtel officiel (Siara), tu dois payer 10 ou 15 dollars pour taper 1h sur les courts du club...

Il a fait très beau et très chaud (35-40 degrés) tout le long des deux semaines ; des rafales de vent le matin, mais ça se calmait dans l'après midi.

Au niveau des résultats, j'ai atteint la finale deux fois de suite.

 

Sur le premier tournoi, le tirage était plutôt en ma faveur :

* Victoire sur Stefan RETTL, Wild-Card et classé 1466 à l'ATP au premier tour 6/3 6/1

* Suivie d'une victoire sur un joueur tchèque issu des qualifications, Libor Salaba 3/6 6/4 6/2

* En quart, à nouveau un joueur issu des qualifications, Jonathan Mridha (1442) 6/3 6/1

* C'est en demi-finale que s'est présentée ma première tête de série du tableau : la numéro 6, n'étant autre que le polonais Blazej Koniusz (474), qui pour l'anecdote, armé de son fidèle compagnon Mateusz Kowalczyk, nous avait battu en finale du double à Bagnoles-de-l'Orne (premier Future français de la saison) avec Dorian Descloix. Après un long match en trois sets, 6/4 4/6 6/3, me voilà qualifié pour ma première finale en simple de l'année sur le circuit ITF.

* Finalement, c'est Elias Ymer, un jeune suédois qui remporte le titre pour la deuxième semaine d'affilée à Sharm El Sheikh sur le score de 7/5 6/4.

 

 

Pas de repos pour les braves paraît-il, j'enchaîne mon premier tour du second tournoi deux jours après ma finale, sur Alexander Zhurbin (793) et m'en tire sur une victoire 4/6 6/2 6/3. Sur le papier, le tirage se complique par la suite puisque je tombe déjà sur la tête de série 2, Aslan Karatsev (308) au match suivant : victoire 6/4 6/2. La malchance du tirage toujours veut que j'affronte en quart un autre français, Constant Lestienne (529) tête de série 7, contre lequel je l'emporte 6/1 4/6 6/3. Jamais évident de jouer quelqu'un que l'on connaît. En demi, c'est une autre tête de série qui m'attend, l'allemand Steven Moneke (371). Victoire 6/3 7/6 pour rejoindre en finale la dernière tête de série restante, et pas n'importe laquelle, Germain Gigounon (247). En dépit d'un premier set gagné 6/4, le score définitif sera de 4/6 6/1 6/2.

 

 

Deux semaines, deux finales consécutives... Je ne passe pas loin des titres en donnant tout, ai quelques regrets mais fais un début de saison sur terre battue plus que correct : + 20 points au total, ce qui devrait m'assurer une place dans le top 500 dès que les points ITF seront comptabilisés. L'état de l'épaule est satisfaisant, les balles Dunlop utilisées à Sharm El Sheikh y sont sans doute pour quelque chose. Retour en France imminent pour le Future d'Angers (15 000$, sur terre battue intérieure cette fois).

samedi, 05 avril 2014 09:45

Kiné Time

Une bien belle acquisition de mon kiné, cette petite machine pour soigner et/ou faire de la récup !

Testé et Approuvé !

samedi, 05 avril 2014 09:24

Challenger Saint Brieuc

Pour mon dernier tournoi sur « dur » d’ici fin octobre, on avait décidé de jouer à Saint Brieuc. C’était le seul tournoi Challenger en Europe cette semaine, donc les qualifs n'allaient pas être forcement « full », mais les « têtes de séries » plutôt fortes (pas des pipes qui ont appris à jouer au tennis hier quoi).

Après mon passage chez mon ostéo, je me sentais bien, les douleurs avaient nettement diminué, puis avec l’excellent travail du kiné sur place à Saint Brieuc, j’étais presque totalement remis, et prêt à envoyer avec ma nouvelle HEAD.

L’organisation du tournoi était vraiment parfaite (le service des navettes, la restauration sur place, les courts), même si j’ai joué les deux premiers tours, non pas sur le central, mais sur les courts d’un club à coté. Mais on va pas se plaindre pour 200 mètres, hein, même si ca faisait un peu "je fais un tournoi français, et à coté il y a un Challenger qui se déroule, si vous voulez, vous pouvez aller voir, c’est gratuit, c’est que du bonheur…"

En arrivant j’ai retrouvé Greg (Jacq). Ca faisait longtemps que je ne l’avais pas vu (depuis sa blessure à Feucherolles) et ça faisait forcément plaisir de retrouver quelqu’un avec qui je m’entends aussi bien ! Quand je suis dans les bonnes conditions mentales, quand je suis avec des gens avec qui je m’entends bien, je sais que je vais faire un bon tournoi (ça doit être un truc de « vieux » ca !).

Les deux premiers tours se sont très bien passés pour moi, avec des victoires sur un joueur du club (classé 3/6) 6/3 6/0 et sur (une nouvelle fois) Adrien Bossel tête de série 8, 6/2 7/5.

Au dernier tour, je devais jouer contre Toni Androic, tête de série No1 (chanceux au tirage le mec !) qui lui avait été exempt de premier tour grâce à un Bye (privilège de tête de série). Je connaissais un peu le bestiau, je savais que c’était un accrocheur, un limeur dans ses plus belles heures. Donc forcément, ça allait être dur. Après un très bon combat, j’ai perdu 3/6 6/3 6/7… La fatigue a eu le dernier mot sur moi. Allez, à la niche, va bosser ton physique et on verra la prochaine fois !

C’était un bon match, (d'après les échos que j’ai eu des spectateurs, et puis avec le recul, je le pense aussi). Il ne m’a manqué pas grand chose, mais je suis assez confiant pour la suite.

Juste un petit mot sur le double, on a pris 1/6 2/6, contre Rice/Thornley. Une bonne fessée et puis s’en va ! Je tiens quand même à remercier Guy Gicquel, qui nous a donné la WC pour le double (ce qui a mine de rien a eu l’effet de rembourser les frais de l’hôtel à partir de Samedi, pas négligeable par les temps qui courent !)

Maintenant, place à une petite journée de repos et on va se préparer tranquillement pour le départ en Egypte pour les deux 10 000$ à Sharm El Sheikh !

 

 

Depuis plusieurs années maintenant, je suis en contrat matériel avec la marque HEAD, et depuis le début de l'année 2014 je suis également en contrat textile. Je vais porter fièrement les couleurs de cette marque et la représenter dans tous les tournois que je vais disputer, en France comme à l'étranger.

lundi, 24 mars 2014 10:02

A Nantes pour quelques jours...

Jeudi après-midi j'étais déjà à la maison, et vendredi à l'entrainement. J'avais reçu (enfin !) mes nouvelles raquettes (bien qu'en manche 3 alors que j'avais demandé en manche 4, mais ce n'était pas trop grave). Pendant que j'étais à Saint Raphael, mon père a réussi à remplacer les coques, donc même si en revenant chez moi, j'étais légèrement au bout du rouleau niveau tennis, je suis quand même parti faire mes 2 heures à Vertou. Il a fait très beau (assez rare pour être souligné !) et on a joué sur les plus belles terre battues.

------------

J'ai une petite semaine pour me préparer pour mon tournoi suivant, le Challenger de Saint Brieuc. Je partirai vendredi, ou je vais retrouver ce bon "vieux" Greg Jacq (de retour enfin sur les terrains après une entorse !). 

------------

Petite visite ce lundi chez mon ostéo préférée, pour continuer à faire mes soins sur mon épaule (cervicales, dorsales, trapèzes...). Au repos jusqu'à mercredi, avant de reprendre l'entraînement jeudi à Vertou !

 

Finalement, ca a duré deux bonnes semaines. Je n'ai pas pu m'entraîner correctement pendant ce temps, et j'ai passé mes journées au lit à essayer d'aller mieux. La suite des tournois pour moi c'était Poitiers (15 000$+H) et Saint-Raphaël (10 000$).

 ------------

J'étais très content d'aller à Poitiers, j'adore l'ambiance, les courts (même si en arrivant j'ai découvert que ça n'avançait plus, ils avaient refait la surface...), les gens et bien sur leur hôtel officiel, le Manoir de Beauvoir !

J'avais un mince espoir de finir dans le tableau final, mais j'ai terminé 1er dans les qualifications. J'allais donc avoir deux matchs à remporter pour accéder au tableau final. Le 1er s'est très bien passé avec une victoire 6/1 6/3, par contre le 2ème était bien plus compliqué. Contre un très bon ami, Medi Chettar. On s'est déjà affrontés en tournois français mais jamais sur le circuit. Au bout de 3h30 de match je l'ai remporté 5/7 7/6 7/5.

Après le tirage au sort, je devais jouer contre un allemand 450ATP. J'avais pu le voir s'entraîner et j'avais vu qu'il envoyait bien la chique. Gros service, grosse puissance, mais un manque de variation peut être... Ceci dit ça ne l'a pas empêché de me foutre une belle correction, 1/6 2/6. Y'a des matchs comme ca, où tu sors du court, t'as pas transpiré, pas eu le temps de jouer et la frustration est à son maximum. On a passé un tour en double avec Romain Arneodo et puis perdu contre les têtes de série 1.

 ------------

Dimanche il était temps de prendre la route pour Saint-Raphaël.

Je ne suis pas un grand fan du sud, mais bon, il fallait faire abstraction pour me concentrer sur les entraînements et surtout sur les matchs, et c'est exactement ce que je n'ai pas pu faire. Arrivé dimanche, j'étais assez optimiste pour jouer lundi ou limite mardi, mais le juge arbitre m'a fait jouer mon match mercredi en avant-dernière rotation... Je n'ai pas pu gérer ma frustration, le fait d'être seul dans un Creps (bien que très sympa), et de ne pas avoir forcément les gens avec lesquels j'ai l'habitude de traîner dans les autres tournois. Enfin bref, moralement, physiquement je n'y étais pas. Je pensais à tout sauf au tennis lors de mon match, et ça s'est vu avec mon attitude complètement déplorable. D'habitude ma force, c'était cette fois ma faiblesse sur ce tournoi. De plus les douleurs à l'épaule et au poignet n'ont rien arrangé. Tournoi de trop.

Quelques jours de repos et d’entraînements et j’étais d’attaque pour le tournoi Challenger de Quimper. C’était important pour moi de le jouer, car c’était l’un des tournois où mon entraîneur pouvait m’accompagner, alors je ne voulais pas rater cette occasion. Je ne savais pas trop comment mon épaule allait réagir, donc aux entraînements et sur mes 2 premiers matchs, je ne servais pas plus fort que 140-150km/h.

Malgré ma douleur, j’ai fait deux bons matchs dans les qualifs (Victoires contre Bossel et Mektic alors 300 à l'ATP).

Lors du tirage au sort des qualifiés pour le tableau final, je suis tombé contre Eysseric (285). Malgré un bon match dans l’ensemble, j’ai eu un gros passage vide dans le troisième et je me suis incliné 3/6 7/6 2/6.

------------

Pour continuer sur cette bonne lancée, j’avais programmé de partir 2 semaines en Angleterre (Nottingham et Shrewsbury). J’étais très motivé et plutôt en forme pour enchaîner, mais en arrivant sur place, j’ai chopé une bonne vieille grippe (en plus de l’épaule toujours douloureuse…). Je suis quand même rentré sur le terrain contre un anglais 700 ATP mais je ne me faisais pas trop d’illusions. J’avais assez de jus pour tenir un set (gagné 6/4 quand même) mais après, je me suis complètement effondré (dans la famille, on ne sait pas ce que c’est d’abandonner).

Je suis rentré le lendemain pour continuer à me soigner et repartir pour le tournoi suivant. Ca allait un petit peu mieux mais toujours pas à 100%.

Malgré tout ca, j’ai fait une demi finale, avec au passage une bonne victoire contre 250ATP (la toux après chaque échange a fait son effet).

Page 1 sur 10

DSt